Ph. HÉRARD

Seconde chronique dédiée à l'annuelle sortie de Philippe Hérard. L'artiste nous offre une fois de plus une oeuvre (très) originale. Le street artiste joue une partition tentaculaire des plus réussie. Un voyage vers le 19ème (siècle) pour des émotions dignes des aventures de Jules Verne.
philippe hérard loveonthewall

Aucun commentaire: